LES TRAINS DE MONET NE CONDUISENT QU'EN BANLIEUE  
 
Accueil
 
Nos produits
 
Contact
 
LIENS
 
LA PRESSE
 
LE SUPPRESSIONNISME
 
CATALOGUES DE NICOLAS FÜRSTENBERGER
 
CATALOGUE FRANCOIS HALIE
 
CATALOGUE ALAIN NADAUD
 
CATALOGUE VALERIE SELZER
 
CATALOGUE PIERRE FURSTENBERGER
 
Petit Catalogue Yves de Saint-Front
 
Petit Catalogue Henri Jeannot
 
Petit Catalogue de François Augiéras
 
PRESSE Alain Nadaud
 
Biographie d'Henri Jannot
 
Nadaud: Trompe l'oeil et Trompe la mort
 
François Halie ou le Point d'Orgue
 
Pierre Fürstenberger - Topo
 
François Augiéras ou la Sac à malices
 
Sa Cousine était à Vapeur
 
Yves de Saint-Front
 
LETTRE DE PIERRE 1951
 
DES CONDITIONS PREALABLES
 
La couronne d'épines
 
Orgétorix au Printemps 58
 
HIC NOX NOMEN MUTAT
 
Traces et signes
 
Tméni
 
LA VRAIE PAIX
 
Michèle Protin ou l'eau vive
 
Secrets d'Atelier de François Halie
 
Tableaux de l'année 2008
 
L'HERBE DANS LA GRANGE
 
LE DERNIER TABLEAU
 
LA PETITE NATURE MORTE
 
A L'UN PAC A DIX
 
La Bibliothèque de la Casse Mystérieuse
 
REVELATION OU REVOLUTION
 
Autour d'Yves de Saint-Front
 
1981 CONCERT DE P.I.L. à Paris.
 
Le Cirque de cette Vie au mois de mai 2009
 
La tête de cheval bleu
 
L'Ami Paul Placet
 
MANIFESTE DES 101 DAMES A CHIEN
 
TIM RAY
 
François Augiéras - Manifeste 1953
 
MATER NOSTER
 
Ariel Kyrou ou le retour de l'humain.
 
Petit Catalogue de J-M. YON
 
JEAN-MICHEL YON PEINTRE
 
Décès du peintre Yves de Saint-Front.
 
Catalogues N.F.
 
Le Virtualiste Pascal Schmitt (1957-2013)
 
Me Cormo sur son monde perché...

                                      

 "Les trains de Monet ne conduisent qu'en banlieue"

                                             Livre de Jacques Gagliardi

                                 paru en mai 1987 aux Presses

                                      Universitaires de France,

                                           dans la Collection

                                        Perspectives critiques.

   Réduite par les media à un phénomène banalisé de notre sous-culture, gérée selon les méthodes du "show-biz",

la peinture a-t-elle son avenir derrière elle? Vivons-nous la fin d'une aventure intellectuelle et esthétique de sept siècles?

  Il n'y a pourtant jamais eu autant à connaître et à aimer. Combien d'oeuvres dispersées, négligées, mutilées,

dont les auteurs ne souspçonnaient pas qu'elles leur survivraient!

  Des rétables à fond d'or au grand bazar de la modernité, des thèmes universels à l'acte de peindre comme sujet, de la quête

 du visible à la peinture de l'imprévisible, règne l'ambiguïté d'un art où les valeurs dites humaines tantôt exaltent, tantôt masquent

l'action des formes. Que celui qui a l'oeil, voie!

 

   Extraits: - " On peut admirer ce qu'un tableau a de "vrai", mais que l'un soit plus "vrai" que l'autre, peu importe! Il existe autant de réalismes

que de peintres et d'autres critères pour apprécier leur production. Même quand une oeuvre d'art se réclame du réalisme, elle ne vaut que par

ce qui l'en sépare. Il y a deux vérités: la vérité de la nature et la vérité de l'art. Lancé à la poursuite d'une vérité objective, le peintre risque vite

de se perdre dans les détails. Quelle que soit son habilité - en l'occurence, la seule qualité qu'on escompte de lui - , son oeuvre n'aboutit qu'à

une sèche compilation, oscillant entre l'anecdotique et l'accessoire. Par contre, toute vraie peinture implique un acte de transformation,

 accompagné de sacrifices: une transfiguration personnelle de la réalité où l'artiste exprime sa vérité." - pages 120/121.

 

  " La peinture esst une auberge espagnole: chacun y apporte ses appétits. Celui qui entre sans son bagage de rêves (et sans coup d'oeil), ne trouvera,

dans le meilleur des cas, que de quoi s'asseoir. A moins que l'euphorie propre aux mouvements de foule ne le soulève.

L'art, aujourd'hui, provoque des ruées comme l'approche de Noël dans les grands magasins. Toute l'ambiguïté de la peinture réside

dans le décalage entre l'artiste et le... consommateur."

 

                          " Nous voyons seulement ce que nous regardons, mais nous regardons seulement ce que nous pouvons voir." - Panofsky -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2017