L'Habitat Urbain.  
 
Accueil
 
Nos produits
 
Contact
 
LIENS
 
LA PRESSE
 
LE SUPPRESSIONNISME
 
CATALOGUES DE NICOLAS FÜRSTENBERGER
 
CATALOGUE FRANCOIS HALIE
 
CATALOGUE ALAIN NADAUD
 
CATALOGUE VALERIE SELZER
 
CATALOGUE PIERRE FURSTENBERGER
 
Petit Catalogue Yves de Saint-Front
 
Petit Catalogue Henri Jeannot
 
Petit Catalogue de François Augiéras
 
PRESSE Alain Nadaud
 
Biographie d'Henri Jannot
 
Nadaud: Trompe l'oeil et Trompe la mort
 
François Halie ou le Point d'Orgue
 
Pierre Fürstenberger - Topo
 
François Augiéras ou la Sac à malices
 
Sa Cousine était à Vapeur
 
Yves de Saint-Front
 
LETTRE DE PIERRE 1951
 
DES CONDITIONS PREALABLES
 
La couronne d'épines
 
Orgétorix au Printemps 58
 
HIC NOX NOMEN MUTAT
 
Traces et signes
 
Tméni
 
LA VRAIE PAIX
 
Michèle Protin ou l'eau vive
 
Secrets d'Atelier de François Halie
 
Tableaux de l'année 2008
 
L'HERBE DANS LA GRANGE
 
LE DERNIER TABLEAU
 
LA PETITE NATURE MORTE
 
A L'UN PAC A DIX
 
La Bibliothèque de la Casse Mystérieuse
 
REVELATION OU REVOLUTION
 
Autour d'Yves de Saint-Front
 
1981 CONCERT DE P.I.L. à Paris.
 
Le Cirque de cette Vie au mois de mai 2009
 
La tête de cheval bleu
 
L'Ami Paul Placet
 
MANIFESTE DES 101 DAMES A CHIEN
 
TIM RAY
 
François Augiéras - Manifeste 1953
 
MATER NOSTER
 
Ariel Kyrou ou le retour de l'humain.
 
Petit Catalogue de J-M. YON
 
JEAN-MICHEL YON PEINTRE
 
Décès du peintre Yves de Saint-Front.
 
Catalogues N.F.
 
Le Virtualiste Pascal Schmitt (1957-2013)
 
Me Cormo sur son monde perché...

L’HABITAT URBAIN

 La jungle des rues était pavée de bonnes intentions mais traversée par des champs de mines. Les enfants y jouaient comme de petits chiots tous fous et chamailleurs. Le camion de la voirie dont le chauffeur appartenait à la mafia locale ne s’arrêtait que rarement. Les oiseaux, bénis des cieux, s’envolaient au fur et à mesure des explosions. Habitaient là, les gens qui disent et les gens qui croient. Sans aucune arrière pensée, les âmes, bénies des cieux, avançaient à reculons tandis que les enfants se noyaient dans les fonds baptismaux car monsieur le curé aimait l’habitat urbain, et il le disait haut et fort. En véritable Homo Sapiens, le très sexuel curé avait pour sa paroisse une affection toute particulière car il bénissait les culs bénis et les pupilles de la nation. Aucunement dérangé dans son sacerdoce, il envisageait l’avenir sous des angles toujours plus radieux. Pour son couronnement il y avait eu une grande fête villageoise où tous les producteurs de Cognac avaient amené leurs bouteilles, ce fut une grande concurrence de parfums et de goûts. Les mets délicats étant réservés aux cochons de bourgeois, le curé avait décidé de faire une omelette au pastis de grand format. Pour se faire, lui si fier, fit exécuter et entretenir un grand feu de plein air, sur les braises duquel il mis une grande poêle à frire de deux mètres de diamètre pour y répandre de mille à mille cinq cent œufs de poules naines et semi-sauvages. Il régala ainsi toute une foule de culs qu’il avait bénis, ainsi qu’une flopée de bébés fraîchement ondoyés. Le Harem clérical lui dépêcha un autocar entier de nones extrêmes, qui vinrent mettre de l’ordre dans cette ripaille bucolique et agreste. Tout redevint simple et pittoresque, les enfants jouaient toujours à la marelle parmi les champs de mines anticorporelles, ils sautaient voilà tout de la terre jusqu’au ciel… Ces nonnes assistaient les personnes en danger, ainsi l’habitat urbain se développait avec l’accord de l’évêché. Les frères de la Résurrection, eux, priaient, priaient, pour que cesse cette lamentable histoire, celle de l’habitat urbain où venaient vivre les homos sapiens omnivores.

Burzet le 10 Juin 2008

 

 

 

               

© 2017