Accueil
Nos produits
Contact
LIENS
LA PRESSE
LE SUPPRESSIONNISME
CATALOGUES DE NICOLAS FÜRSTENBERGER
CATALOGUE FRANCOIS HALIE
CATALOGUE ALAIN NADAUD
CATALOGUE VALERIE SELZER
CATALOGUE PIERRE FURSTENBERGER
Petit Catalogue Yves de Saint-Front
Petit Catalogue Henri Jeannot
Petit Catalogue de François Augiéras
PRESSE Alain Nadaud
Biographie d'Henri Jannot
Nadaud: Trompe l'oeil et Trompe la mort
François Halie ou le Point d'Orgue
Pierre Fürstenberger - Topo
François Augiéras ou la Sac à malices
Sa Cousine était à Vapeur
Yves de Saint-Front
LETTRE DE PIERRE 1951
DES CONDITIONS PREALABLES
La couronne d'épines
Orgétorix au Printemps 58
HIC NOX NOMEN MUTAT
Traces et signes
Tméni
LA VRAIE PAIX
Michèle Protin ou l'eau vive
Secrets d'Atelier de François Halie
Tableaux de l'année 2008
L'HERBE DANS LA GRANGE
LE DERNIER TABLEAU
LA PETITE NATURE MORTE
A L'UN PAC A DIX
La Bibliothèque de la Casse Mystérieuse
REVELATION OU REVOLUTION
Autour d'Yves de Saint-Front
1981 CONCERT DE P.I.L. à Paris.
Le Cirque de cette Vie au mois de mai 2009
La tête de cheval bleu
L'Ami Paul Placet
MANIFESTE DES 101 DAMES A CHIEN
TIM RAY
François Augiéras - Manifeste 1953
MATER NOSTER
Ariel Kyrou ou le retour de l'humain.
Petit Catalogue de J-M. YON
JEAN-MICHEL YON PEINTRE
Décès du peintre Yves de Saint-Front.
Catalogues N.F.
Le Virtualiste Pascal Schmitt (1957-2013)
Me Cormo sur son monde perché...
Ceux qui croient.

CEUX QUI CROIENT

 Il y avait aussi « des gens qui croient », ils habitaient les Arènes de Lyon et se faisaient bouffer par des lions ! Ils croient, c'est-à-dire que leur esprit émet une pensée immatérielle faite d’espérance et de révélation… Ils croient en un être invisible qui les écoute entre deux « bang » d’avions supersoniques. Bref dans l’intervalle du monde, se trouvent des esprits cachés au tréfonds des nuages, ils prennent le frais, et l’Esprit qui les écoute n’entend qu’un faible volume qui se dégrade sans cesse, un petit bruit parasitaire, un son « infra-mince », presque inaudible et que seuls les Anges comprennent. Dans ce petit chuintement, il y a tout l’or du monde, une véritable poussière faite de tradition et de révolution personnelle, le point de non-retour des émotions d’une vie toute spirituelle, faite de sentiments évanescents et mirifiques, de petits points d’attaches mentales, qui servent à guider le pauvre croyant dans un labyrinthe impossible où le Diable change sans plus attendre les chemins qui mènent à la Récompense ! A savoir le séjour dans la chaleur et la lumière du foyer perpétuel de la vie éternelle des bienheureux ! Mais que de bruits, que de vacarmes sonores qui empêchent le ralliement des esprits qui produisent du son éthéré et très faiblard ! Le plus loin où mon son est allé : dans le cauchemar des caves de Charon, au plus profond du mensonge, comment expliquer cette déconvenue ! Moi qui pensais avoir dépassé les nuages, je me suis retrouvé sous les marécages de la pensée, embourbé dans des sables mouvants et gluants, coincé dans les poches d’eau d’un monde incomplet, où seul rayonne le pâle reflet d’un soleil épuisé… La santé de l’esprit passe par une bonne audition et surtout une bonne vision ; autrement, informés puis formés par des outils imparfaits, nous demeurons la proie d’un univers déformant et déformé où ceux « qui disent » deviennent d’impossibles dictateurs menant une guerre sans trêve à « ceux qui croient ». Il y avait parmi ce vacarme céleste, une énorme soufflerie hurlante qui faisait trembler les nuages et pleuvoir sur les forêts et c’était le bruit émis par la Douleur qui, couvrant tout le reste, avait du mal à laisser passer les cris de joie et de bonheur, seule la souffrance arrivait à entonner l’hymne de la Passion. La Passion c’était dans ce monde sans repères, la rencontre du bruit des esprits avec le pavillon de la grande oreille de l’entité bienveillante qui les observait tout en douceur. Il y avait rarement des instants de parfait silence, car tous ces esprits, comme les enfants, ne cessaient de pleurer, de crier, de hurler par delà leur boîte crânienne, ce qui provoquait une gigantesque confusion. Un magma incessant de petits sons minuscules, qui, une fois rassemblés, devenaient un monstrueux bruit de fond, un perpétuel boucan du diable ! Et là-dedans, tous les deux mille ans, l’entité bienveillante fabriquait un vent, un souffle puissant qui parvenait à rétablir les vibrations sonores dans leurs qualités primordiales ; il fallait être patient et cesser de croire durant cinq petites minutes car le vide, ainsi créé, faisait un appel d’air où s’engouffrait le divin bruit du salut : la comparution immédiate devant le grand micro de l’assemblée des âmes. Pour les sourds et les muets, seuls les signes suffisaient, une sorte de code de la route céleste avait été mis en place, un permis à points où les dépassements de vitesse étaient fortement punis par la production de signes de plus en plus incompréhensibles, jusqu’au crash final qui, lui, produisait du bruit !

 

 

        

© 2014