Accueil
Nos produits
Contact
LIENS
LA PRESSE
LE SUPPRESSIONNISME
CATALOGUES DE NICOLAS FÜRSTENBERGER
CATALOGUE FRANCOIS HALIE
CATALOGUE ALAIN NADAUD
CATALOGUE VALERIE SELZER
CATALOGUE PIERRE FURSTENBERGER
Petit Catalogue Yves de Saint-Front
Petit Catalogue Henri Jeannot
Petit Catalogue de François Augiéras
PRESSE Alain Nadaud
Biographie d'Henri Jannot
Nadaud: Trompe l'oeil et Trompe la mort
François Halie ou le Point d'Orgue
Pierre Fürstenberger - Topo
François Augiéras ou la Sac à malices
Sa Cousine était à Vapeur
Yves de Saint-Front
LETTRE DE PIERRE 1951
DES CONDITIONS PREALABLES
La couronne d'épines
Orgétorix au Printemps 58
HIC NOX NOMEN MUTAT
Traces et signes
Tméni
LA VRAIE PAIX
Michèle Protin ou l'eau vive
Secrets d'Atelier de François Halie
Tableaux de l'année 2008
L'HERBE DANS LA GRANGE
LE DERNIER TABLEAU
LA PETITE NATURE MORTE
A L'UN PAC A DIX
La Bibliothèque de la Casse Mystérieuse
REVELATION OU REVOLUTION
Autour d'Yves de Saint-Front
1981 CONCERT DE P.I.L. à Paris.
Le Cirque de cette Vie au mois de mai 2009
La tête de cheval bleu
L'Ami Paul Placet
MANIFESTE DES 101 DAMES A CHIEN
TIM RAY
François Augiéras - Manifeste 1953
MATER NOSTER
Ariel Kyrou ou le retour de l'humain.
Petit Catalogue de J-M. YON
JEAN-MICHEL YON PEINTRE
Décès du peintre Yves de Saint-Front.
Catalogues N.F.
Le Virtualiste Pascal Schmitt (1957-2013)
Me Cormo sur son monde perché...
Avis de lecteurs

 

La Vente du Bocal Vide De nicolas furstenberger Genre : Littérature

Toute notre vie, on nous dit de « faire avec ». Avec l’absence d’Argent, l’absence d’Amour,

l’absence de Vie, l’absence de Souffle, l’absence d’Elan, l’absence d’Envie, l’absence de Satisfaction,

l’absence de Compréhension

Michel D : A savourer lorsque parfois on ose quitter la grotte et regarder un instant le soleil dans les yeux.

Clark Nova : Très intéressant mais très dispersé. Cynique (à souhait, surtout dans le monde où l'on vit), mais il semble que l'auteur oubli qu'il en est le produit...

Axior : Un style impeccable et une conception savamment négligée. On sort des sentiers battus pour les observer à travers les ronces, et on se pique. L'ironie serait parfaite s'il n'y avait quelques passages où l'auteur se laisse aller à porter son propre jugement sur des fait pourtant brillamment exposés.

kbochard : J'ai du m'accrocher pour lire jusqu'au bout...Je trouve ces réflexions très morcelées, voire cassées. Manque de développement pour que ce soit compréhensible. Bon courage pour le travail d'écriture à venir.

Nicolas Messina : Le bocal est rempli d’aurores boréales. Nous y distinguons l’évolution des états de l’âme de notre confident amer à la belle présence. Une révolte désabusée contre le Système, transcendée par un point de vue spirituel débarrassé de niaiseries, malheureusement plus poétique que concret, qui laisse, malgré de fervents passages, un arrière-goût de déprime que n’absorbe pas l’épilogue bâclé. Peut-être consolera-t-on l’auteur en le renvoyant à la boutade de Diderot à qui on avait demandé s’il avait déjà rencontré un athée, cette bête curieuse : « Mais avez-vous déjà rencontré un chrétien ? ». Le niveau de langue est suffisant pour parler de style. Et le style est assez intéressant et varié pour donner envie de lire le texte jusqu’à la fin. Outre quelques perfectibilités qui suggèrent que le texte n’a pas été éprouvé (majuscules et asymétries apparemment injustifiées, images qui auraient pu être plus réussies, coupures de textes dont on se demande si c’est fait exprès, effets de style indiscrets, et même une faute de syntaxe : « il mis »), je n’apprécie pas forcément les quelques vulgarités et je reste sceptique sur le réalisme de la scène de l’omelette, à moins qu’il ne s’agisse d’une métaphore dont le sens m’échappe. J’apprécie la rhétorique délirante assumée, j’en aurais voulu un peu plus. Donc, j’aime assez. Même si, au fond, ce texte, qui mérite une deuxième lecture, est, aussi, une sorte d’imposture, qui semble ne nous dépasser que par un jeu d’omissions stratégiques... Si l’auteur croit vraiment en la « gratuité des échanges sans conséquences pour l’intégrité de son existence », qu’il n’hésite pas à me contacter... Sinon, espérons que son texte trouve un jour son salut dans le développement de son finale et la description de ceux qui font ! Car ceux qui croient sont ceux qui savent qu’ils ont dit et se mettent à faire. Bref ! Dans la bataille des chiffres et des lettres, comme je ne peux donner 40 étoiles et faire basculer la moyenne, j’invite le chaland à faire l’effort du bocal nécessaire pour aborder cet univers personnel, mégalo et familier.

Modou : Mon avis c'est qu'il y a beaucoup de réflexions interessantes : philosophiques ou plutôt ethiques ? Quelquefois des images,comme vous le dites "la mise en roman" de votre philosophie. Mais tout ça se présente sous forme de bribes, de textes d'humeur. C'est comme des notes jetées, un journal de bord. J'attends un peu plus.Modou.

marlène : Je ne dois pas être dans le vent car tout ceci m'est passé au dessus de la tête ! Il y a des moments très intéressants .... mais c'est trop long, trop hermétique... dommage et pardonnez moi de ne pas vous comprendre !

Avis des lecteurs (6 avis) :

Clark Nova : Très intéressant mais très dispersé. Cynique (à souhait, surtout dans le monde où l'on vit), mais il semble que l'auteur oubli qu'il en est le produit...

Voir tous les avis Accueil > Témoignages > sa cousine était à vapeur Envoyer à des amis sa cousine était à vapeur De nicolas furstenberger

 Genre : Témoignages

Sa cousine était à vapeur, parfois ses deux condensateurs de vapeur d’eau suffoquaient, essayant de maintenir une contre-pression au moteur de 3 psi (0.2 bar), mais heureusement un conduit de mise à l’air lui permettait de ne jamais accumuler de vapeur entre son condensateur et le réservoir d’eau.

Accessible à tous Type de fichier : PDF Télécharger Acrobat Reader Téléchargement gratuit

Avis des lecteurs (1 avis) :

Guy le Clerc Johanny : à bien méditer et à demander son avis à un philosophe ou un père de l'église çà secoura un peu de poussière continuez de creuser guy le clerc johanny

Accueil > Témoignages >

François Augiéras ou " Le sac à malices "

Envoyer à des amis François Augiéras ou " Le sac à malices " De nicolas furstenberger

Genre : Témoignages Nous étions là, à cette césure du temps, assis au fond de cette grotte avec un journal blanc étalé comme un linge aux souillures improbables, à côté d’un livre à ressorts et à barreaux dédié à la fée Électricité... Accessible à tous Type de fichier : PDF Télécharger Acrobat Reader Téléchargement gratuit

Avis des lecteurs (1 avis) : epervier : Un texte que j'ai apprécié énormément. André, épervier

ABILIFY CHAPITRE DEUX

Octavia : Témoignage bouleversant, dans sa sobriété et son authenticité, de ce qui peut se vivre de l'autre côté de la barrière des Hôpitaux psy.Le manque de précision (temporelle et autre)nous renvoie au vécu du narrateur

LA VENTE DU BOCAL VIDE - EXTRAITS

Octavia : coktail de nostalgie,d'angoisse existentielle, mais de bonheur aussi, d'où s'exale un charme pénétrant

Andrea Maldeste : Un monde en soi à découvrir.. avec le site.. déroutant comme tout ce qui est original.. une personnalité singulière..

ABILIFY CHAPITRE UN

Guy le Clerc Johanny :

beaucoup d'idées intéressantes dans un langage pas toujours évident à suivre qui emprunte tantôt celui de la mêdecine, tantôt celui de l'anthropologie souvent celui de la philosophie. J'espère avoir mal compris l'allusion à l'Europe et surtout sa comparaison; Merci de bien vouloir un jour mieux m'éclairer sur cette Europe dont je suis un farouche partisan et dont nous allons bientôt débattre à Blois aux Rendez-vous de l'histoire 2008 avec des intervenants aussi variés que Cohn Bendit, Josca Fischer et Valery Giscard d'Estaing . Vous y êtes invité Guy le clerc Johanny

ANOUCHKA :

Votre style est remarquable, riche et précis, très imagé, parfois un peu cru. Je dirais qu'il s'agit plus du témoignage d'une époque et de pensées assez percutantes sur l'évolution de l'humanité. Cela m'a plu, bien sûr !

Avis des lecteurs (2 avis) :

Modou :

Fabuleux ! je mets 5 pour le contenu : renversant, -pour l'écriture fulgurante à certains moments - pour le témoignage. J'ai avalé d'un trait les 34 pages et j'y reviendrai, il y a tellement de choses là dedans. Merci ! J'ai lu les deux autres dans la foulée, j'y reviendrai.

Octavia :

Témoignage bouleversant, dans sa sobriété et son authenticité, de ce qui peut se vivre de l'autre côté de la barrière des Hôpitaux psy.Le manque de précision (temporelle et autre)nous renvoie au vécu du narrateur Retour Voir tous les avis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2014